05/07/2007

LE VOL DU CORBEAU (tome 1) (Jean-Pierre Gibrat - 2002)

Dupuis - 54 pages 
19/20   Gibrat l'artiste 

    L'histoire se passe à Paris pendant la seconde guerre mondiale, à l'heure où les alliés débarquent sur les plages de Normandie. Jeanne, résistante, est dénoncée par une lettre anonyme et se retrouve en prison. François, un cambrioleur profitant du chaos ambiant pour s'enrichir, est mis en détention dans la cellule de Jeanne. Profitant d'une alerte aérienne, François réussit à prendre la fuite et à emmener sa nouvelle compagne avec lui. Les voici sur les toits de Paris à gambader pour fuir la police. Entre deux averses, une cheville tordue, ils y passeront une nuit avant de réussir à s'infiltrer dans un appartement pour redescendre sur le plancher des vaches.
François proposera alors à Jeanne de la cacher sur l'Himalaya, une péniche sur la Seine occupée par une adorable famille : René, Huguette et leur fils Nicolas. Inquiète pour sa sœur Cécile qui appartient au même réseau de résistance, Jeanne prendra contact avec Michel, également dans le secret de leurs actions.
En toute confiance à bord de la péniche, Jeanne verra François d'un œil différent et du type rustre qu'elle aura connu au début se dessinera l'image d'un homme sensible, attentionné et généreux. Malheureusement, la milice retrouve la trace de Jeanne et s'intéresse à la péniche de la petite famille. Qui l'a trahie ? Est-ce Michel ?

  Après le diptyque Le sursis, Gibrat fait très fort en proposant une nouvelle histoire en deux tomes. L'héroïne, Jeanne, est la sœur de Cécile, personnage principal dans Le sursis.
Le talent de Gibrat est incroyable : les dessins sont frais, soignés par un maître de la bande dessinée. Les couleurs sont chaudes et donnent une identité artistique globale à l'album. Les nombreuses pages se déroulant sur les toits de Paris sont somptueuses et montrent tout le talent de l'auteur dans la maîtrise de l'espace d'une case et la capacité à créer de la perspective, de la profondeur.
Au final, c'est un excellent livre dans lequel on sent l'amour du travail d'artisan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire