27/06/2007

MUCHACHO (tome 1) (Emmanuel Lepage - 2004)

Dupuis - 72 pages 
20/20   Plongée au cœur du Nicaragua 

    « Nicaragua, novembre 1976. » Ainsi débutent les premières images du diptyque Muchacho.
Gabriel, jeune peintre séminariste, est envoyé par Joaquin auprès du père Rubén. Quittant le très conservateur séminaire de la capitale Managua, Gabriel va découvrir la réalité de son pays dans le petit village de San Juan. Missionné pour peindre la Passion dans l'église locale, Gabriel va devoir bouleverser toutes les idées reçues et, sous l'impulsion de Rubén, remplacer les poussiéreuses icônes religieuses par la vive réalité de la pauvreté sociale du Nicaragua.
C'est donc le parcours d'un jeune garçon dans un contexte politique dur que nous conte cette histoire. À travers son regard, on découvre une communauté sous tension ou révolutionnaires sandinistes et pro-conservateurs vivent tant bien que mal ensemble.

  Des psychologies humaines denses et très proches de la complexe réalité donnent à cette œuvre une dimension puissante. Amour et drame se mêlent et se démêlent sous la férule de la Guardia qui n'hésite pas à jouer les bourreaux avec ce peuple de paysans.
Images fortes et violentes, mystérieuses parfois avec ce révolutionnaire qui, caché derrière son masque de sandiniste, remercie Gabriel.

  Bref, ce premier tome est très très bon. Le scénario est soigné et se termine sur un point d'interrogation. Peu de dialogues, beaucoup de suggestions à travers cette bande dessinée qui fait presque figure de roman graphique.
On connaissait déjà les qualités de dessinateur d'Emmanuel Lepage, on les redécouvre avec plaisir : couleurs chaudes de l'aquarelle, douceur du trait, beauté des visages, c'est là un grand artiste, assurément. Une œuvre riche en émotion qui procure un intense bonheur de lecture et qui, de plus, a le mérite de rendre passionnant un événement historique loin de nous : la révolution sandiniste qui en 1979 renversa la dictature de Somoza pour instaurer une démocratie dirigée par Daniel Ortega.
Plus que jamais, la bande dessinée est un média d'information et de culture à part entière et on ne peut qu'en être ravi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire