25/06/2007

FUNÉRARIUM (Brigitte Aubert - 2003)

France Loisirs - 416 pages 
12/20   Une fin bâclée 

    Chib Moreno a un métier peu commun, il est embaumeur. Vieillard, chien, chat, tout passe entre ses mains magiques et à chaque fois c'est le miracle : le cadavre devient éternel...
Jusqu'au jour où c'est une petite fille sur laquelle il doit effectuer ce travail morbide. L'enfant d'une grande famille bourgeoise.
Devenant ami avec Aicha, la bonne de leur propriété, Moreno va à plusieurs reprises être amené à côtoyer ce milieu guindé très différent du sien. Il va découvrir une multitude de caractères bien trempés : du père trop propre pour être honnête, à la mère plongée dans une dépression permanente en passant par une ribambelle d'enfants aux comportements parfois troublants. À cela se rajoutent les voisins et amis de cette famille qui apportent leur lot de mystères au moulin.
Le héros va devenir, malgré lui, résolu à en savoir plus sur les véritables circonstances de la mort de cette enfant. Suspense, meurtres, relations amoureuses vont agréablement donner le rythme à ce polar écrit par une française.

  Le livre se lit à toute vitesse et nombreuses sont les fausses pistes sur lesquelles l'écrivain s'amuse à nous conduire. C'est peut-être là d'ailleurs où le bât blesse. La fin n'est pas à la hauteur de l'intrigue. On s'imagine volontiers des relations plus complexes entre les protagonistes de l'histoire, une névrose insoupçonnable apparaître au grand jour.
Mais finalement, Aubert ne va pas chercher bien loin la vérité et, somme toute, le dénouement ne déplace pas des montagnes.
Bref, un thriller digne de ce nom mais dont la fin rapidement amenée en quatre pages, laisse un goût légèrement amer dans la bouche...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire