13/10/2012

MURENA | DE SABLE ET DE SANG (tome 2) (Philippe Delaby / Jean Dufaux - 1999)

Dargaud - 48 pages 
17/20   Violence, complots et trahisons 

    Néron est sacré empereur et prend donc la place de son beau-père, Claude, à la grande satisfaction d'Agrippine.
En distribuant des deniers ici et là, il a réussi à convaincre la garde prétorienne ainsi que le sénat de sa légitimité au sein de la dynastie julio-claudienne.
Murena, quant à lui, enquête avec son ami, l'écrivain Pétrone, sur le meurtre de sa mère. Ses observations le mènent rapidement sur la voie de l'empereur dont certains centurions semblent prêts à tout pour arrondir leurs fins de mois...
Ne souhaitant pas se trahir auprès de son ami, Néron réglera avec violence le sort des acteurs du meurtre de Lollia Paulina. Il s'entichera par ailleurs de la ravissante Acté qu'il a sortie d'une misère sexuelle organisée par son proxénète Pallas, également ancien affranchi et homme de main de la démoniaque Agrippine. Celui-ci va alors se venger du César et de sa mère en se rapprochant de Britannicus pour lui rappeler que son père Claude l'avait promis à devenir empereur avant de passer de vie à trépas...
Le jeune Britannicus réussira-t-il à s'imposer sur le trône ?

  Ce second tome est à la hauteur du premier. Le scénario qui relate une course au pouvoir faite de complexité et de multiples rebondissements est clair et limpide. Les personnages sont maintenant bien identifiés et le lecteur peut se les approprier facilement.
Murena est le seul personnage principal fictif de cette série. Il a été créé afin de fournir une vision extérieure sur la vie de Néron et est habilement exploité par les auteurs comme le témoin de la folie naissante de son ami empereur. Pour le moment, le praticien possède une philosophie de vie saine, une psychologie lissée.
Néron, lui, a bien changé dans ce second opus et n'hésite pas à employer la violence, tant physique que verbale, pour parvenir à ses fins. Aussi Agrippine commence à perdre le monopole du pouvoir.
Enfin, le jeune Britannicus est la grande victime des ambitions de ses ainés. Seul un esclave qu'il avait fait gracier auprès de son père Claude lui restera fidèle et dévoué.

  La série Murena propose une interprétation de faits historiques relatés un demi-siècle après leurs déroulements par les historiens Tacite et Suétone. Le sujet est donc toujours source de questionnements sur la véracité des événements entre les spécialistes de cette période trouble de l'empire romain. Grâce au travail du tandem Dufaux/Delaby, le néophyte a aussi maintenant accès à cette passionnante tragédie. Et il ne faudrait surtout pas s'en priver !

[Critique publiée le 13/10/12] 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire