15/02/2013

100 EXPRESSIONS À SAUVER (Bernard Pivot - 2008)

Albin Michel - 146 pages 
17/20   En route, mauvaise troupe ! 

    Sans prétention aucune, Bernard Pivot nous livre ici un petit précis sur une poignée d'expressions françaises à sauver.
Chantre de la critique littéraire et membre de l'Académie Goncourt, ce pétillant journaliste a toujours eu à cœur de démontrer la richesse de notre langue et de faire l'apologie de son usage.
Pour autant, précisons que cet excellent chroniqueur, que j'ai eu la chance d'avoir pour président de jury en 2006, ne cultive pas sans cesse une vision passéiste du français et, au contraire, prend du goût à en suivre les nouveaux modes d'utilisation ; son compte très actif sur la plate-forme de micro-blogging Twitter en est notamment la preuve quotidienne.
Il recense ici des expressions peu usitées aujourd'hui mais qui, pour certaines, rappellent des souvenirs ou situations propres à chacun.
Avec toujours beaucoup d'humour et de malice, l'auteur s'amuse à en saisir l'origine, à illustrer son propos par tel ou tel extrait littéraire et, enfin, à préciser les variantes possibles. Le lecteur est invité à surprendre ses futurs auditeurs en employant justement quelques-unes des expressions listées. Cela ne peut qu'enrichir considérablement l'expression orale ou bien écrite.

  Quelques exemples :
« Fagoté comme l'as de pique » : mal habillé.
« Tailler une bavette » : bavarder.
« Face de carême » : mine sombre, maigre et austère.
« S'en tamponner le coquillard » : marquer de l'indifférence pour quelque chose.
« Laisser pisser le mérinos » : laisser courir.
Ou encore : « Sentir le fagot, avoir les grelots, avoir un bœuf sur la langue, maigre comme un coup de trique, et patati et patata ! »

[Critique publiée le 15/02/13] 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire