22/06/2007

LES CRIS DE NORTSO (tome 1) (Antoine Ronzon / Pierre Vanloffelt - 2003)

Paquet - 56 pages 
19/20   Une mise en couleurs magnifique 

    Ce premier tome d'un triptyque annoncé débute au Soudan en 1920.
Sir Kittenberg, colon blanc, rêve d'enrichir sa collection de trophées de chasse en lui offrant la tête de Bagara. Or, ce buffle, imaginaire pour beaucoup, représente la divinité de la tribu Nouba qui vit sur ces territoires africains. Malgré les recommandations prodiguées, Kittenberg parvient à tuer la bête.
Les dieux se vengeront-ils ? Toujours est-il qu'à ce moment précis naît Okuo.
Vingt-cinq ans plus tard, Okuo est un Nouba beau et fort. Craignant la misère grandissante de son peuple, il décide de se rendre en ville pour y travailler. Fruit du hasard ou mécanique céleste, le jeune homme est engagé en tant que boy dans la propriété de Kittenberg fils.
Intrigué par les peintures de la femme du blanc, il va lier avec elle une amitié toute en pudeur et en respect. À l'opposé de Kittenberg qui ne voit dans ses boys que des sauvages inférieurs, sa femme va tomber amoureuse d'Okuo. Leur amour fulgurant et passionné finira en drame.
C'est l'histoire d'un amour impossible entre une riche blanche et un pauvre noir. C'est l'histoire de l'Afrique et de ses croyances, des peuples autochtones qui respectent la nature, des colons blancs qui n'apportent que sang et dépravation.

  En partant d'une divinité animale, Vanloffelt nous conte une belle histoire, simple et triste. Le scénario est habilement présenté dans un écrin chaud et aux mille couleurs. Antoine Ronzon, jeune débutant dans le monde de la bande dessinée n'a certainement rien à envier à des dessinateurs plus expérimentés.
Chaque case est un tableau et celles qui sont en pleine page sont d'une beauté renversante.
Les couleurs de l'Afrique sont là, il ne manque plus que les odeurs...
Les jeux d'ombre et de lumière sont saisissants. Certaines pages ne comportent aucun dialogue et c'est le dessin de Ronzon qui raconte l'histoire. La scène d'amour est admirable et le silence des mots ne fait qu'accentuer la force du dessin et la passion des amants.
Un sacré travail d'artiste qui mériterait davantage de reconnaissance de la part des médias. C'est donc avec une forte impatience que le tome 2 est déjà attendu...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire