10/05/2020

PYRAMIDES (Romain Benassaya - 2018)

Critic - 553 pages
18/20   Un space opera vertigineux

    En 2182, un gigantesque vaisseau interplanétaire, le Stern III, quitte la Terre ravagée par la pollution et les guerres conséquentes à la raréfaction des ressources vitales. Transportant mille six cents personnes placées en sommeil prolongé, l'engin a pour destination la planète Sinisyys - mot finnois désignant un bleu particulier - afin d'y installer une colonie humaine.

  Le récit commence lors du réveil des colons. Le commandant ainsi que son second Éric sont les premiers à sortir de la longue phase de biostase. Rapidement, ils se rendent compte que le système informatique ne fonctionne plus et les empêche d'avoir accès aux données de navigation. Où et en quelle année sont-ils ?
Plus étrange encore : le Stern III est posé sur une surface dure et aucune étoile n'est visible sur la voûte céleste.

  Pendant que l'ensemble de l'équipage sort doucement de sa longue torpeur, dont Johanna la compagne d'Éric, une première phase d'exploration est mise sur pied : un équipage descend au pied du Stern III et découvre une surface crayeuse et uniforme.
À bord d'un engin roulant, les sorties se succèdent et permettent de déterminer que le vaisseau humain est coincé à l'intérieur d'une structure en forme de tunnel.
Petit à petit, deux voies s'ouvrent aux terriens : renoncer à la quête de la planète Sinisyys et s'installer durablement dans l'artefact inconnu ou explorer davantage les lieux afin d'en trouver la sortie.
Le vaisseau humain, long de plusieurs kilomètres, est une véritable arche contenant entre autres une forêt en son sein. Celle-ci est entretenue par une variété d'insectes volants génétiquement modifiés et faisant preuve d'une capacité d'adaptation et d'apprentissage phénoménal.
Éric est partisan de l'exploration et rêve de rejoindre une planète viable. Johanna, quant à elle, ne voit la survie de la colonie que dans son déploiement sur leur site présent d'arrivée. Les ressources en alimentation et énergie ne manquent pas à bord du Stern III et de l'eau à l'état gelée est également découverte à quelques jours de route...

  Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un space opera vertigineux. Les courts chapitres se succèdent sans temps mort tout au long de ce pavé. Voilà déjà une première réussite.
La seconde est bien entendu l'histoire elle-même qui est passionnante. Elle reprend une trame classique déjà souvent exploitée en littérature de science-fiction comme dans le désormais classique Rendez-vous avec Rama de Arthur C. Clarke.
Ici, le récit détaille le choix qui s'offre aux colons. Les chapitres alternent entre l'implantation humaine à l'extérieur du vaisseau par la création d'une cité appelée « Nouvelle Ramille » et la découverte du tunnel à bord d'un appareil, L'Ookpik, spécialement conçu pour en parcourir les dimensions gigantesques. Comme dans toute communauté humaine isolée, de vives dissensions voient le jour entre les explorateurs et les bâtisseurs.

  Le roman aborde donc de nombreux sujets à travers les dimensions politique, sociale, scientifique et philosophique. L'auteur privilégie cependant l'action et le mouvement et s'affranchit de toute digression métaphysique ou de justification sur le contexte scientifique qui sert de base au récit. Pour autant, le socle est solide et cartésien, l'histoire est bien construite et argumentée, les rebondissements s'articulent parfaitement.
Le moteur de cette aventure réside dans ce mystère autour du tunnel. Cet artefact est-il artificiel ? Que contient-il ? Une sortie existe-t-elle ? Je ne vais évidemment pas livrer ici certains éléments de réponse.
Bref, voici un livre palpitant avec de l'exploration spatiale, du suspense, des guerres intestines, de l'émotion, des complots et des surprises ! Pyramides offre un beau voyage aux confins de l'espace-temps, il serait dommage de s'en priver !

  L'auteur, Romain Benassaya, est né en 1984 et réside actuellement en Thaïlande où il enseigne le français. Pyramides est son second roman.

[Critique publiée le 10/05/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire