10/05/2020

SOMMEIL DE SANG (Serge Brussolo - 1982)

Omnibus - 139 pages
15/20   Escale dans un monde inimaginable

    Dans les années 2000, l'homme construit des planètes artificielles en orbite autour de la Terre afin de fuir un monde devenu pollué, hostile et inhabitable à cause de l'activité humaine sans limite. Mais ces satellites se mettent à évoluer de façon autonome et deviennent par conséquent totalement incontrôlables. Des aberrations y surviennent qui font apparaître de nouvelles espèces monstrueuses et qui remodèlent entièrement la géographie originelle.

  Le roman nous emmène sur l'un de ces mondes partis à la dérive. Le sol y est constitué d'un désert acide parsemé de montagnes vivantes. Ces dernières sont en réalité des « animaux-montagnes » : de gigantesques êtres vivants sommeillant pendant des millénaires et offrant leur corps aux habitants fuyant l'acidité des sols. Les animaux-montagnes ne se déplacent uniquement que lorsqu'ils agonisent afin de rejoindre leur sépulture.
Trois peuplades cohabitent dans ce monde inhospitalier : les carnivores, les autonomes et les végétariens.
Les premiers vivent de la viande et ont développé une véritable dynastie de « princes-bouchers ». Leur nourriture et leurs habits en sont constitués. Ils sont puissants et attaquent les animaux-montagnes en fin de vie afin de les dépecer entièrement et récolter leur peau. Ils cohabitent et exploitent les seconds, les autonomes, qui se nourrissent exclusivement de leurs propres cheveux et autres pilosités... Encore une aberration renversante dans ce décor de folie.
Quant aux végétariens, plus pacifiques, ils naviguent dans le désert à la recherche des montagnes pour s'y installer et y faire pousser leur nourriture lorsque des pillards ne les incommodent pas...

  Le récit fait découvrir au lecteur ce lieu étrange et baroque que seul Serge Brussolo est capable d'imaginer tant il est riche, complexe et original. Quelques personnages clés, dont l'autonome An, sont au cœur de l'intrigue qui oscille entre univers abstrait et huis clos angoissant.
Sommeil de sang nous fait ainsi parvenir quelques bribes d'un univers fantasmagorique oscillant entre Mad Max, le Moyen Âge et la science-fiction de Mœbius. Le roman peut être lu sous un angle purement ludique mais aussi d'un point de vue ethnologique et social à travers les mœurs étranges des différentes castes qui vivent en symbiose ou dans une rivalité permanente.

  En 1982, la problématique d'une planète bis est déjà posée ici. Ce livre est donc toujours d'actualité et mérite d'être lu jusqu'au dernier chapitre qui révèle l'envers du décor.
J'ai pu lire ou entendre à plusieurs reprises que Serge Brussolo écrivait des romans de gare. Au contraire ! Je vois ici une grande maîtrise de la langue française, une habileté syntaxique, une richesse du vocabulaire et une densité du propos. Il y a beaucoup de concepts à intégrer et la lecture requiert toute l'attention intellectuelle du lecteur !

[Critique publiée le 10/05/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire