20/06/2021

MONSTRE | RENDEZ-VOUS À PARIS (tome 3) (Enki Bilal - 2006)

 Casterman - 70 pages

18/20   Mars, les mouches et le foot

    Leyla erre dans Belgrade désemparée suite à la disparition de Nike. Elle est hantée par les rêves qu'elle fait et qui la pousse à croire qu'il est toujours vivant.
Une équipe de scientifiques, travaillant sur les disparus du 32 décembre et le site de l'Aigle, lui apprend que ses songes correspondent à des images réelles qui lui parviennent de la planète Mars ! Habituée aux vols spatiaux sur Hubble 4, Leyla se porte alors volontaire pour participer à la première mission humaine sur la planète rouge.
Le Dr Warhole saisit l'occasion de ce projet d'exploration pour bâtir un nouveau plan machiavélique en utilisant une réplique de la jeune femme tandis que Holeraw, son séduisant avatar, lâche dans l'atmosphère terrestre une nouvelle œuvre conceptuelle intitulée Red Der Decompression et constituée de millions de milliards de mouches rouges génétiquement modifiées.
Nike, le vrai, est devenu l'hôte de Warhole qui tel un alien s'est greffé à son abdomen.
Enfin, Amir et Sacha se marient grâce à un homme d'affaires du monde du football ayant transformé un porte-avions poubelle israélien en camp d'entraînement sportif volant pour une équipe multiconfessionnelle ! Amir y tient le poste de remplaçant de gardien de but.

  Enki Bilal nous livre un album riche en complexité scénaristique et initiateur de nouvelles questions. Attention, il est hautement recommandé d'enchaîner la lecture des différents tomes afin d'éviter toute confusion entre les véritables personnages et leurs répliques que le Dr Warhole s'amuse à semer au fil des pages.
Le poids de la religion est présent et demeure, avec l'appartenance ethnique, le fil rouge des tensions qui hantent notre société future imaginée par l'auteur d'origine serbe.
Comme dans son travail précédent, La trilogie Nikopol, il y a des scènes totalement surréalistes et baroques tel ce porte-avion désaffecté transformé en terrain de foot ou cette nouvelle façon d'échanger la balle qui tient compte des qualités chorégraphiques des joueurs dans l'attribution des points. Enki Bilal, fan de foot, a toujours aimé représenter le sport dans son œuvre en modifiant au passage quelques règles pour rajouter du piment, de la diversité ou parfois même de la violence. Il est même à l'origine d'une nouvelle activité qui possède sa propre fédération et ses championnats du monde : le chessboxing, mélange de boxe et d'affrontement devant un jeu d'échecs, a été imaginé dans Froid Équateur !
Enfin, le thème de la science-fiction est présent à travers la conquête de Mars ou cette horrible créature introduite dans le corps de Nike qui n'est pas sans rappeler le célèbre Alien de Ridley Scott comme un clin d'œil à celui qui dit avoir été influencé par l'œuvre bilalienne pour la réalisation du mythique Blade Runner en 1982...

[Critique publiée le 20/06/21]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire